Plus de 62% des Genevois seraient "plutôt favorables" au départ du conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet. C'est ce que révèle lundi un sondage commandé par la RTS, Le Temps et Radio Lac.

Les Genevois, à 62,4%, sont "plutôt favorables" à une démission de Pierre Maudet, selon ce sondage réalisé du 29 janvier au 5 février par l’institut M.I.S Trend auprès de 1032 citoyens genevois, âgés de 18 ans et plus, représentatifs de la population. Ils sont 26,1% "plutôt pas favorables" à un départ, et 11,5% indécis, lit-on sur le site de la RTS.

Ce souhait de voir le conseiller d’Etat partir est partagé par les sondés qui ont voté pour Pierre Maudet lors des dernières élections cantonales, en avril 2018, avec 61,5% d'avis "plutôt favorables" à une démission contre 33,2% "plutôt pas favorables". Les Genevois qui votent PLR, le parti de Pierre Maudet, sont eux aussi majoritairement favorables à une démission (64,6%).

Les sondés estimant que Pierre Maudet doit démissionner donnent plusieurs raisons. Pour eux, il doit partir parce qu’"il a menti à la population". C’est l’explication qui est le plus souvent donnée. Certains répondent qu’"il n’a pas montré l’exemple". D’autres souhaitent son départ "par respect pour la population et pour les gens qui l’ont élu".

Les 26,1% de Genevois qui ne souhaitent pas le départ de Pierre Maudet avancent notamment qu’"il y a un acharnement des médias à son encontre". Ils disent encore que l’élu "est un excellent politique malgré tout", mais aussi qu’il bénéficie "de la présomption d’innocence".

Image détériorée

Il ressort du sondage que l’affaire Maudet, dont 94% des sondés ont entendu parler, a détérioré l’image que les Genevois avaient des politiciens genevois en général. Pour plus de 68% des sondés, cette image a été "plutôt détériorée" ou "vraiment beaucoup détériorée". Une majorité (65%) estime que cette affaire a aussi détérioré l’image du PLR dans son ensemble.

Plus de 55% des Genevois estiment que le Conseil d’Etat, dans son ensemble, a eu une gestion "très mauvaise" ou "plutôt mauvaise" de l’affaire ces six derniers mois. Ils sont un peu plus de 25% à avoir un avis différent en parlant d’une gestion "plutôt bonne" ou "très bonne".

Dans une déclaration publiée par la RTS, Pierre Maudet dit prendre acte des résultats de ce sondage, "dont l'approche scientifique trahit une démarche qui ne l'est pas".

Selon lui, "il s'agit au fond plus d'une information orientée que d'une vérité absolue, compte tenu des nombreux biais (influence dans la formulation et orientation dans l'enchaînement des questions, consultation effectuée avant une décision judiciaire, etc.) de ce type d'exercice".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.