Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des centaines de millions n'ont pas d'accès à des soins minimaux dans le monde (archives).

KEYSTONE/ALEXANDRA WEY

(sda-ats)

Des dizaines d'Etats doivent investir davantage pour s'approcher de l'objectif de santé pour tous. Il faudra 2900 milliards de dollars d'ici 2030 pour empêcher plus de 70 millions de décès, dit l'estimation minimale de l'OMS publiée lundi à Genève.

Cette évaluation de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui sera reconduite tous les 5 ans, a été menée dans près de 70 pays à revenus bas ou intermédiaires qui rassemblent près de trois quarts de la population mondiale. Le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus souligne que l'accès à la santé pour tous constitue "notre principale priorité".

Les 274 milliards de dollars par an garantiraient d'atteindre au moins deux tiers du niveau de 16 Objectifs de développement durable (ODD) liés à la santé, à l'éradication de la faim, à l'accès à l'eau potable ou encore à des énergies propres. Ils équivalent à 41 dollars par personne ou plus de 6% du PIB en moyenne, contre 5,6% actuellement dans ces dizaines de pays ou 10% dans le monde.

Ils permettraient d'ajouter près de 15 millions de nouveaux travailleurs de la santé et plus de 370'000 centres de santé, quasiment tous pour des soins minimaux. Mais un scénario pour honorer entièrement ces ODD sur la santé porterait la facture à 371 milliards de dollars supplémentaires, soit 58 dollars par personne.

Centaines de millions de personnes

Dans le second cas, les dépenses de santé atteindraient 3900 milliards de dollars, près de 280 par personne en moyenne ou plus de 7% du PIB. Plus de 23 millions de travailleurs de santé viendraient s'ajouter, de même que 415'000 centres de santé. Environ trois quarts des coûts au total seraient liés aux systèmes de santé et le reste porterait sur les médicaments ou encore les campagnes de sensibilisation de la population.

Avec ces investissements, les habitants de certains pays pourraient vivre plus de huit ans supplémentaires en moyenne. Et 97 millions de décès, un toutes les 5 secondes, pourraient être empêchés. Plus de la moitié seraient liés à des bébés ou des enfants. Environ 20% porteraient sur des maladies non transmissibles.

Selon les estimations, 85% des coûts devraient pouvoir être financés par des ressources internes. Les pays les moins riches devront toutefois être soutenus. Au total, 32 d'entre eux auront besoin de 54 milliards de dollars par an.

Au moins 400 millions de personnes ne disposent pas d'un accès à des soins minimaux dans le monde. "Même à des niveaux de revenu national bas, des pays peuvent avancer" sur cette question, dit M. Tedros. Il appelle à une volonté politique de chaque gouvernement.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS